• Trois poèmes de Guillevic

    J'apprends cette année à mes élèves de moyenne et grande section de maternelle trois poèmes de Guillevic (1907-1997) :

    • « Un marteau » (Sphère, Gallimard, 1963)

    •  « Rocher » (Sphère, Gallimard, 1963)

    • « Ma girafe et moi »(Autres, Gallimard 1980)

     

    Un marteau

     

    Fait pour ma main,

    Je te tiens bien,

    Je me sens fort

    De notre force.

     

    Tu dors longtemps,

    Tu sais le noir,

    Tu as sa force.

     

    Je te touche et te pèse,

    Je te balance,

    Je te chauffe au creux de ma main.

     

    Je remonte avec toi

    Dans le fer et le bois

     

    Tu me ramènes,

    Tu veux

    T'essayer,

    Tu veux frapper.

     

    Objectif

    Domaine : Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions - Écouter de l’écrit et comprendre.

    Objectif de fin de maternelle : Dire de mémoire et de manière expressive plusieurs comptines et poésies.

    Séance 1 : découverte d’un poème et de sa spécificité. Amener les élèves à comprendre qu’un poème permet de regarder les choses comme pour la première fois et que pour cela il faut employer les mots comme s’ils étaient tout neufs, dire les choses en y prêtant attention.

    Méditer pour moi-même ces paroles de Guillevic :

    « Je cherche à être simple, clair, précis. À faire dire à la langue plus qu’elle ne veut en dire, porter les mots à l’extrémité de leur sens. […] Si je n’emploie pas d’adjectif ou très peu, ce n’est pas en fonction d’une réflexion, ce que j’ai fait après coup. D’instinct, je sens que l’adjectif affaiblit le poème. Je n’ai pas de théories du langage, je parle aussi naturellement que possible, en allant au plus près, au plus précis, au plus court, au plus clair. Je ne cherche pas à créer d’ambiguïté, et je fuis la bêtise. […]Ma poésie est bien aimée dans les écoles, je reçois des lettres d’écoliers, de maîtres et de professeurs de la France entière. Ma poésie n’est pas de la musique, elle est concrète. C’est peut-être cela qui les touche davantage. »[1]

     

    Déroulement

    • Le titre « un marteau » est dit en regardant le marteau posé là comme si on le découvrait pour la première fois, puis les vers sont dits le marteau en main en suivant le sens du texte jusqu’à ce qu’on tape sur le clou.
    • Les élèves répètent ensemble chaque vers puis chaque strophe.
    • Des questions sont posées sur le sens du poème.

    Les séances suivantes poursuivront l’apprentissage vers par vers et strophe par strophe. Des élèves volontaires seront interrogés : chaque strophe correctement récitée donnera droit à un coup de marteau sur le clou.

     


     

     

    Le rocher

     

    J'ai besoin d'être dur

    Et durable avec toi,

    Contre tout l'ennemi

    Que ta surface arrête,

     Besoin que nous soyons

    Complices dans la veille

    Et la nuit passera

    Sans pouvoir nous réduire.

     

     

    Ma girafe et moi

     

    Moi, ça m’est bien égal,

    Ce qu’ils font.

    J’ai un cheval dans ma poche

    Et d’ailleurs c’est une girafe.

    Alors, quand c’est à moi

    Qu’on veut s’en prendre, hop là !

    On est loin,

    Ma girafe et moi.

    Et eux

    N’y comprennent rien.

     


    [1] Progreso Marin, « Entretien avec Eugène Guillevic », L'en-je lacanien 2003/1 (no 1), p. 191-201.

    « Les plaques Herbinière-Lebert avec Rémi BrissiaudPremiers jeux de stratégie à deux »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mariep
    Lundi 3 Juin à 22:55

    Je regarde, j’admire et je pille  !

    Merci pour vos articles si intéressants et le précieux temps que vous nous faites gagner.

    je vous en suis très reconnaissante.

    2
    Vendredi 7 Juin à 19:20

    Merci pour ce commentaire :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :